Visite inquisitoriale

Modérateurs : Kwiskas l'enclume, Morkai.e

Répondre
Avatar du membre
Morkai.e
Demi-Dieu Guildien
Messages : 2156
Enregistré le : 26 juil. 2012 : 7:34
Localisation : là où l'Empereur le souhaite

Visite inquisitoriale

Message par Morkai.e » 20 avr. 2018 : 13:17

Petite histoire qui fait suite à la découverte, lors d'une partie de Dark heresy, d'un space marine des darks angel en armure noire et qui parlait d'un certains Luther ...
Le roc, l'immense forteresse des Dark Angels trônait majestueusement au milieu de l'immensité de l'espace. La base spatiale, dernier vestige de la planète Caliban, était couverte de canons, d'antenne, de plate-forme d'appontage et de baies d'observation au style gothique. Une nuée de vaisseaux de différentes tailles s'agitaient autour de l'immense bloc de pierre. Depuis le pont de commandement, le grand maître Azrael, seigneur du chapitre, regardait la frégate noire de classe Sword qui faisait face au Roc, tel un insecte devant un géant. Autour de lui, une armées de serfs et de techmarines actionnaient les antiques cogitateurs qui permettaient de commander à l'antique forteresse. Le maitre chapelain Asmodai rompit le silence tout en s'approchant de son suzerain.
- Vous m'avez fait mander, frère Azrael ?
- Oui, nous avons une visite, frère, répondit le maître de chapitre en désignant la frégate.
- Ce vaisseau est au couleur de l'Inquisition. Nous ont-ils fait savoir pourquoi ils venaient ici, demanda le chapelain d'un ton ferme.
- Non, ils m'ont juste dit qu'ils amenaient un inquisiteur, lequel avait une "relique qui nous appartiendrais". Et ils ont joint ce message qui ne devait être lu que par moi.
- Je n'aime pas ça. Que dis ce message.
- Le voici.
- Hum … mais … non… IMPOSSIBLE, éructa le chapelain. Maitre artilleur, mettez ce vaisseau en joue immédiatement et …
- Suffit, s'il est au courant de ceci, il ne serait pas venu avec une simple frégate, mais avec une force d'attaque suffisante pour nous annihiler. Je vais l'invitez à venir pour savoir ce qu'il nous veut. Et j'aurais besoin de vous pour l'accueillir.
- Je m'y oppose. C'est un risque bien trop grand pour nous ! Il ne doit pas repartir vivant !
- Peut-être, mais il me semble moins risqué de nous entretenir avec lui avant.
- Cela ressemble tout de même à un piège.
- Oui, convoquez trois escouades de la Deathwing sur la plate-forme 8-4, ainsi qu'une de chevaliers et que tout le monde se mette en alerte. Je vais leur faire savoir qu'il peut monter à bord.
- Bien je m'en charge, et je vais aussi m'assurer que tous les serfs qui ont reçut et décoder ce message reçoivent la paix de l'Empereur.
- Soit.

***

Au même moment, sur le pont de la frégate, trois hommes observaient le Roc.
- Y a pas à dire, patron, c'est plutôt impressionnant, annonça Tuelk, un géant aux bras bioniques.
- Mouais, mais je préfère le Croc, répondit l'inquisiteur en armure argentée.
- Tu préfère surtout ces réserves de bières !
- Je vais pas te mentir, ça joue … ça joue. En tout cas, ils acceptent que je monte à bord. Le colis est près ?
- Ouais, répondit Squall, un soldat en armure de kasrkin. Fanrik le surveille avec Louinu. Tu ne veux toujours pas nous dire pouquoi tu viens là.
- Non? Si je vous ai effacer vos souvenirs en rapport avec ça c'est parce que ça rentre dans les données infos critique.
- C'est pas faux, reconnut Tuelk.
- Et tu veux pas non plus qu'on t'accompagne ?
- Non, Squall, ça devrait bien se passer, répondit l'inquisiteur.
- Mouais, et si ça merde, répliqua le soldat.
- Vous vous sentez de vous faire un chapitre ?
- Boh, tu te charge de la première compagnie et de l'état-major avec Wulfy, annonça Tuelk. Squall prend la seconde, Fanrik la troisième, Louinu la quatrième et moi la cinquième. Et on laisse les compagnies de réserve aux filles.
- Et les scouts, demanda Squall ?
- On leur envoi Wilfried.
- Tu parles bien de l'adepte qui manque de faire des crises cardiaques dès qu'on évoque le mot "combat".
- Ouais, ils seront tellement perturbés en le voyant qu'on aura le temps de s'occuper du reste du chapitre.
- C'est jouable, commenta l'inquisiteur. On garde ça comme plan de secours. Bon, dites aux autres de charger le paquet, j'y vais.
- Ok

***

Azrael regardait la navette Aquila descendre sa baie de transport. La plate-forme d'atterrissage, habituellement pleine de serfs et de serviteurs étaient quasiment vides. Seuls étaient présent un petit détachement de vingt vétérans de la Deathwing engoncés dans leur armures Terminator et le maitre chapelain Asmodai. Tous observaient l'inquisiteur en train de descendre, suivi par une coffre blindé d'au moins deux mètres de haut, porté par des serviteurs.
- Grand maître Azrael, je vous remercie de m'accueillir.
- Soyez le bienvenu, inquisiteur. Si j'ai bien compris votre message, vous souhaitiez me rencontrez concernant une relique du passé de notre chapitre.
- Et bien, vous en venez directement au fait. Effectivement, j'ai trouvez un truc bizarre, et quelque chose me dit que c'est à vous. C'est dans le coffre, annonça l'agent impérial en montrant l'immense boite. Mais je suppose que vous préférez que nous nous entretenions en petit comité.
- Nous en discuterons dans mes appartements, répondit le space marines.
Quelques minutes plus tard, Azrael, Asmodai, l'inquisiteur et le coffre étaient dans une grande bibliothèque, sise au cœur de la forteresse. La pièce étaient faiblement éclairée par des luminoglobes à l'aspect d'anciennes lanternes porté par des scultures de moines ailés. A différents coins de la salle, immobiles telle d'antique statues, des chevaliers de la Deathwing, l'élite de la première compagnie, vêtus d'armure Terminator baroques et portant d'immense bouclier ouvragé et d'antique masses d'armes veillaient sur leur suzerain.
- Je suppose que je peux vous exposer "ma relique", s'enquit l'inquisiteur.
- Faites, répliqua Azrael, qui restait sur ces gardes. Il s'avait qu'au moindre de ses ordres, les chevaliers fondraient sur l'inquisiteur renforcé rapidement par les Terminators qui gardaient la porte.
- Bien, j'ai donc trouvé ceci sur une planète qui fut déclaré comme hérétique il y a longtemps et purgée en bonne et due forme. Ca datait visiblement de la grande croisade et au vu de ses armoiries, tout indiquait que ça faisait parti de votre chapitre, expliqua son interlocuteur avant d'ouvrir le coffre d'un geste.
Azrael fut transi d'un sentiment de peur. Dans le coffre, enchainé et baillonné, se tenait un space marine en armure noire, portant le symbole de l'antique légion des Dark Angels. Le maître de chapitre ne pouvait ignorer de qui il s'agissait : un déchu, l'un des traitres responsable de la chute de Caliban et dont l'existence était un secret connu d'à peine une poignée de membres du chapitre.
A ses coté, Asmodai explosa de rage. Il dégaina d'un geste son pistolet bolter et le pointa sur l'inquisiteur. Mais aucun tir ne parti et sa main fut pris de tremblement comme si elle était maintenue par une poigne invisible. Au même instant, comme s'ils n'avaient été qu'un seul homme, les chevaliers se mirent en garde près à fondre sur l'inquisiteur. Guettant un ordre de leur suzerain pour attaquer, ils reprirent leur veille lorsqu'il leur fit signe de se calmer.
- Donc, je suppose que c'est bien à vous, au vu de la réaction de monsieur, s'exclama l'inquisiteur, nullement impressionné par la situation. Et que ce n'est pas le genre de chose que vous aimez voir trainer.
- Azrael, nous ne pouvons le laisser vivre !, éructa le chapelain la main toujours immobilisée.
- J'ai donc commencé une petite enquête : Monsieur ici présent, poursuivit sa cible en désignant le déchu, semblait être un hérétique issu de votre chapitre. Mais ça me semblait bizarre car les descendants du Lion ne se sont quasiment jamais rebellés contre l'Imperium. J'ai donc vérifié, et au vu de son patrimoine génétique, il descendait bien de Lion El'Jonson, mais l'armure et certains marquages indiquaient la première légion fondée par l'Empereur. Comme les chroniques disaient que vos ancêtres étaient restés loyaux et que rien n'indiquait non plus le contraire dans les rapports de l'inquisition, je me suis posé la question, serait il possible qu'une partie de la légion se soit rebellée contre l'Empereur, et que les maîtres de la légion de l'époque l'aient cacher, par crainte des représailles. Cette crainte serait une explication à certains actes étranges de votre chapitre. Comme en M34, la mort étrange de l'inquisiteur Halleck, alors que le seul vaisseau dans le secteur était à vous.
Azrael restait silencieux alors que l'inquisiteur exposait son raisonnement. L'inquiétude le gagnait alors que le secret qui avait été dissimulé il y a dix milles ans au reste de l'Imperium venait d'être découvert par un membre de l'Inquisition. Laquelle n'avait jamais hésité à frapper des chapitres suspectés d'hérésie. Ses prédécesseurs avaient dus massacrer des monde entier pour protéger ce secret, la mort de l'inquisiteur était à ce moment la solution la plus raisonnable a adopter. En un geste il pourrait ordonner à ces hommes de lui ôter la vie. Mais une voix en lui le poussait à attendre.
- Et je pense que j'ai vu juste étant donné la réaction de monsieur Asmodai. Mais plutôt que de déclencher une croisade envers l'un des chapitres les plus connu, et visiblement loyaln ce qui risquerait d'affaiblir inutilement l'Imperium, j'ai préféré venir ici, tout en prenant des garanties.
- Des garanties, répéta Azrael ?
- Disons que si je repart pas d'ici, ben je pourrais pas envoyer le message qui dira à ceux qui ont reçut une copie scellé de mon rapport de ne pas l'ouvrir. D'ailleurs, l'une d'elle est en sécurité sur Titan. Je suppose qu'au vu de votre position vous ne pouvez ignorez qui se trouve là-bas.
- Asmodai, baissé votre arme, ordonna le maitre de chapitre.
- Frère, le risque est bien trop grand ! répliqua le chapelain. S'il révèle ce qu'il sait ….
Le regard ferme du maître de chapitre convaincu toutefois Asmodai qui baissa son arme, l'inquisiteur ayant libéré sa prise.
- Si j'avais voulu tout révéler, j'avais juste à présenter votre copain à mes pairs, répliqua l'inquisiteur. Mais comme je vous l'ai dit, rien ne montre que votre chapitre a trahi l'Empereur. De ce que j'ai compris, il y a bien quelques hérétiques de votre légion qui trainent et vous faites tout pour le dissimuler. Pour moi c'est pas une preuve d'hérésie. Vous seriez plutôt comme des enfants qui cherchent à cacher à leur mère une grosse bêtise. Et puis, je connais d'autres chapitres loyalistes avec des secrets et des méthodes spéciales. Pour preuve, je bosse souvent avec les Space Wolves. D'ailleurs, ils ont aussi reçut une copie.
- Vous n'allez rien signalé alors, s'enquit Azrael.
- Que voulez vous alors, demanda le maître de chapitre.
- Que vous me remettiez immédiatement ceux qui ont dissimulé le secret il y a dix milles ans et les responsables de la mort d'Halleck.
- Vous ne pouvez ignorez le fait qu'ils sont tous morts depuis des éons.
- Je m'en doutais, mais je demandais au cas où. Ce qui signifie qu'ils se sont déjà expliqués avec l'Empereur. Donc je peux repartir, mon enquête est finie.
- Juste cela. Je ne connais pas d'inquisiteurs qui fonctionnent ainsi.
- J'ai appris à réfléchir, pas comme certains. Bon, je dois quand même vous avouer que dans mon domaine, avoir des contacts auprès de maître de chapitre, en particuliers ceux issu des anciennes légions, ça peut être utile. Et puis, vous y gagner un contact dans l'inquisition au besoin. C'est profitable aux deux parties, non ?
Azrael resta silencieux pendant un instant. L'inquisiteur pouvait certes mentir et tout révéler une fois reparti, mais il n'avait aucun intérêt à prendre le risque de se faire tuer en leurs apportant sa preuve la plus importante.
- Cette alliance pourrait effectivement nous intéresser, mais je dois m'entretenir avec mon conseil auparavant. Toutefois, je voudrais votre parole que vous garderez ce secret.
- Vous l'avez, je jure devant le trône d'or que je ne révélerais rien tant que vous resterez loyaux et que vous ne tenterais pas de me tuer.
- Très bien. Je vais réunir céans mes officiers.
- OK, j'attendrais votre réponse à bord de la frégate.
Quelques instants plus tard, l'Aquila Lander de l'inquisiteur quittait le Roc en direction de la frégate sous le regard des deux Dark Angels.
- Frère Azrael, j'espère que vous savez ce que vous faites en laissant repartir cet homme en vie, maugréa Asmodai. Rien ne nous prouve qu'il ne nous a pas manipuler.
- Mon frère, je dois vous avouer qu'après cet entretien, je ne suis même pas capable de vous dire si cet homme est un manipulateur de génie ou s'il est complètement dingue. Mais je ne pense pas qu'il trahira sa parole.
- Soit, que le Lion et l'Empereur vous donne raison. Maintenant, veuillez m'excuser, mais j'ai des aveux et une rédemption à obtenir, salua le chapelain en s'éloignant vers les cellules, où un nouveau déchu l'attendait.
Anciennement Cagouille, désormais Thomas/Morkai.e

"la vengeance est un plat qui se mange froid, et qui se réchauffe au lance-flammes !!!"

Avatar du membre
Altramis
Sauveur d'univers
Messages : 137
Enregistré le : 26 janv. 2018 : 4:35

Re: Visite inquisitoriale

Message par Altramis » 20 avr. 2018 : 16:38

Une nouvelle vraiment chouette. Cela me donne envis de connaitre la suite.
9/10
Image

Avatar du membre
Morkai.e
Demi-Dieu Guildien
Messages : 2156
Enregistré le : 26 juil. 2012 : 7:34
Localisation : là où l'Empereur le souhaite

Re: Visite inquisitoriale

Message par Morkai.e » 20 avr. 2018 : 17:03

J'ai pas prévu de suite directe, mais il y a la "discussion entre inquisiteurs" qui se passe après et dès que je l'aurais fini, une histoire plus longue avec le même inquisiteur
Par contre, j'ai eu du mal à écrire la fin et à ne pas faire quelque chose qui se termine en queue de poisson.
Anciennement Cagouille, désormais Thomas/Morkai.e

"la vengeance est un plat qui se mange froid, et qui se réchauffe au lance-flammes !!!"

Avatar du membre
Altramis
Sauveur d'univers
Messages : 137
Enregistré le : 26 janv. 2018 : 4:35

Re: Visite inquisitoriale

Message par Altramis » 20 avr. 2018 : 18:09

je connais cet ennuis très bien ^^
Image

Répondre

Retourner vers « Histoires »