Compagnons d'armes : Squall - les explosifs sont toujours une solution envisageable

Modérateurs : Kwiskas l'enclume, Morkai.e

Répondre
Avatar du membre
Morkai.e
Demi-Dieu Guildien
Messages : 2156
Enregistré le : 26 juil. 2012 : 7:34
Localisation : là où l'Empereur le souhaite

Compagnons d'armes : Squall - les explosifs sont toujours une solution envisageable

Message par Morkai.e » 26 avr. 2018 : 20:46

Petite histoire qui initie une série de présentation de plusieurs personnages qui apparaîtront dans une histoire longue que je publierai bientôt dans cette section. N'hésitez pas à me donner votre avis et à signaler les fautes
- Sergent SERGENT !

Le bouclier blanc cadien esquiva l'explosion d'un obus en sautant derrière un mur brisée. Autour de lui, la ville était en ruine, la majorité des immenses immeubles réduits à l'état de tas de gravât dont ne dépassait plus que quelques pans de murs. Une fois la voie libre, le soldat se releva et fonça dans la tranchée devant lui, vers trois soldats d'une vingtaine d'année qui surveillait l'avenue. D'instinct, l'un d'eux pointa son fuseur vers le nouvel arrivant, puis le baissa en reconnaissant son allié.

- Sergent Malguérick, cria de nouveau le soldat !
- Qu'est-ce qu'il y a, t'as croisé Abaddon, répondit amusé le sous-officier, un cadien brun à l'air souriant.
- Non, chef, j'ai repéré un Land raider avec une rune bizarre qui venait vers nous.
- Putain, un Land raider dans le coin, pourquoi t'as pas prévenu le lieutenant directement ? le coupa le cadien au fuseur, un homme au visage carré fendu d'une cicatrice.
- C'est pas grave, Squall, , l'arrêta le sous-officier, on a la radio, Laïd, contactes-les.
- J'ai essayé déjà essayé, mais je capte plus rien depuis un moment, lui répondit le troisième homme, un opérateur radio chauve dont l'œil droit et le crane était bandé.
- C'est parce que leur position a été bombardé, ils sont tous mort !
- Et tu pouvais pas commencez par là, s'écria Squall ! T'es con, ou t'es con ? Ca te semblait pas important !
- Du calme Squall.
- Désolé, Mark. Bon, c'est toi qui commande le peloton maintenant, non ? demanda-t'il à son supérieur.
- Normalement oui, après faut voir avec le commissaire, répondit le sergent. Il est en vie ?
- Oui sergent, il était sur la position 4.
- Bien, et ton tank, il portait quelle rune ?
- Une grosse avec un œil au centre et deux serpent de chaque coté
- Super, s'exclama Squall, c'est le seigneur ennemi.
- Ils sont seuls, demanda Malguérick ?
- J'ai rien vu d'autres. A part deux rhinos.
- Rien d'autres à part des rhinos, putain, mais t'es con ? gueula Squall est s'apprêtant à baffer le cadet
- Squall du calme, c'est pas sa faute s'il est débile, c'est un critère de recrutement. Bon par contre, vu leur trajectoire, ça veut dire qu'il a contourné le corps principal et qu'il se dirige vers le QG avec toutes les huiles. Laïd, tu les préviens de suite. Tu leur dis qu'on va essayer de les stopper. Par contre nos canons lasers sont sur la position 3. On va pas avoir le temps de les redéployer.
- Les autocanons sur la position 4, proposa le radio.
- Pour les rhinos et leurs occupants, ça devrait le faire, mais pas le Land raider. Squall, une idée pour l'exploser ?
- Une charge de démolition.
- Ca passera pas le blindage ?
- Justement, c'est l'idée, si on arrive à la foutre à l'intérieur, ça va concentrer l'explosion et tout atomiser dedans. Si j'y joins des grenades incendiaires, on peut mettre le feu et faire sauter les bastos et peut-être le réservoir.
- Il suffit juste de monter dessus et de péter une tourelle. Ouais, ça me plait. Toi, le sergent désigna le cadet, tu cours chercher le commissaire et les autocanons. Et vite ! Ils devraient passer sous la passerelle brisée dans moins de 10 minutes, on va en profiter. Squall, tu réunis les autres et tu prépares la bombe.
- J'en ai une de prête, manque plus que les incendiaires.
- Le contraire m'aurait surpris.

5 minutes plus tard, le reste du peloton était réunit dans la tranchée, les canonniers finissant de mettre en place leurs autocanons tandis que leur camarades installaient des panneaux pour les cacher. Le commissaire Ronnes, un homme noir au regard sévère, armé d'un pistolet à plasma, s'approcha de Malguérick et de Squall.

- Sergent Malguérick, vous avez un plan il parait ?
- Ouais, on va sauter sur le tank ennemi, faire péter une tourelle au fuseur et balancer la charge dedans. D'ailleurs, vous me prêteriez votre pistolet à plasma ?
- Un peu de sérieux sergent !
- Je suis sérieux commissaire, on a préparer la bombe, indiqua Malguérick en désignant le sac qui contenait les explosifs.
- Vous êtes malade ! Vous serez mort avant de vous approchez !
- Vous voyez la passerelle en ruine là bas ?
- Oui…
- Ben ils sont obligés de passé dessous. Dès qu'ils passent, on saute dessus, ils s'arrêtent et vous avoiner les rhinos à ce moment là. Ils seront tellement occupés qu'on devrait avoir le temps de faire notre boulot. Et comme dit, j'aurais besoin de votre pistolet à plasma.
- C'est hors de question, et votre plan est un suicide, sergent !
- Ouais, mais on a pas d'autres idées. Bon aller, je les entends arriver. On va se placer et si on meure, vous pourrez nous trainer en cour martiale.

Profitant d'un instant d'hésitation de l'officier, les deux cadiens sortirent de la tranchée et se dirigèrent rapidement vers leur position.

Quelques long instants plus tard, l'énorme char du chaos, suivit des transports de troupes, emprunta l'avenue sur laquelle les cadiens avaient établi leur position, ignorant totalement les soldats dissimulés dans les ruines. Plus loin, Mark et Squall attendait couchés sur la passerelle, le sergent tenant fermement le sac contenant la charge de démolition.

Au moment où le land raider s'engagea sous la passerelle, le commissaire fit signe aux soldats qui retirèrent d'un coup les panneaux. Les autocanons ouvrirent le feu immédiatement, leurs obus déchirant le blindage des tanks.

Aussitôt, alors que le land raider manœuvrait pour faire face à l'ennemi, les deux hommes s'élancèrent. Le premier tir de fuseur atomisa le ombi-bolter monté en tourelle, puis le soldat entama la tourelle, son camarade tenant en joue l'autre écoutille.

- Et, Mark, ils veulent nous aider, cria Squall alors que la tourelle s'ouvrait.
- C'est gentil de leur part, répondit le sergent.

L'hérétique n'eut pas le temps de comprendre ce qui se passait. Malguérick pivota et lui colla son pistolet bolter sur l'un des optique du casque et pressa la détente. Le casque et son porteur furent projeter dans la cabine et le sous-officier saisit l'occasion pour jeter son sac dans l'ouverture avant de plonger au sol avec son camarade. Juste après le char sursauta tandis qu'un jet de flammes jaillissait de l'écoutille ouverte. Les deux hommes reculèrent prudemment, observant le véhicule, prêt à réagir au moindre danger, mais rien ne se produisit. La seule activité visible était les flammes qui indiquaient que le compartiment interne avait pris feu.

Derrière eux, les rhinos avaient été réduit en pièce par les tirs d'autocanons et les passagers qui avaient réussit à fuir abattus par les tirs de lance-grenade et de fusil laser.

Soudain, le Land raider trembla de nouveau alors qu'une seconde explosion retentissait, signe que le feu à l'intérieur avait atteint les réservoirs et les réserves de munitions. Les portes avant furent arrachées et le corps sans vie d'un des passagers, un Terminator du Chaos roula à l'extérieur.

Les cadiens sur la tranchée commencèrent à hurler de joie, mais les cris se turent lorsqu'une silhouette massive, enveloppée de flammes sorti lentement de l'épave. Le marine du chaos était revêtu d'une armure lourde couverte de piques. Son bras droit pendait mollement sur le coté mais son autre main tenait toujours une hache tronçonneuse géante.

- Comment osez-vous, chiens, vous attaquez à moi ! Everbael, faucheur des âmes faibles, s'exclama le seigneur hérétique, dont les myriades d'yeux qui couvrait sa face sclérosée cherchaient les responsables de l'attaque.
- Oh la ferme, s'écria Squall en tirant sur le traitre.

Mais le tir du fuseur s'écrasa sur un champ de force invisible.

- Les dieux noirs m'ont béni en m'accordant des pouvoirs qui défi votre imagination, mortels.
- Comme ta connerie, répliqua Malguérick !?!

Everbael lui répondit en le chargeant et en abattant sa hache. Mais le cadien, profitant du fait que son adversaire était encore sonné par l'explosion, esquiva l'arme qui se planta dans un morceau de mur. Saisissant l'occasion, le sergent ribla la main du traitre, détruisant le manche de l'arme.

- Faible créature, tu vas me payer cela, hurla Everbael.

Cette fois ci, Malguérick fut trop lent, et la poigne de fer du traitre se referma sur sa gorge, le soulevant du sol comme un enfant.

- Reni ton cadavre d'Empereur et je consentirai peut-être à épargner ta misérable vie pour faire de toi mon esclave !
- Désolé, t'es pas mon genre, Eva, répondit le cadien, à moitié étouffer. Par contre, si tu te rend, mon pote te ferra pas sauter le genou droit
- Quoi, éructa le traitre en se tournant.
- Perdu, c'était à gauche, gueula Squall avant de lui tirer à bout portant dans le genou.

Cette fois-ci les pouvoirs du sorcier ne le protégèrent pas. Le tir du fuseur annihila l'articulation et Everbael hurla de douleur en tombant au sol. Malguérick saisit l'occasion et pointa son pistolet sur la tempe du terminator. Ce dernier le lâcha et porta sa main à son visage.

- Putain, il en a toujours pas assez, s'écria Squall.
- On s'en fout, on le finit, ordonna Malguérick qui se relevait avec difficulté !

Les deux cadiens déchainèrent leur colère sur leur ennemi, qui fini par s'écrouler, le torse perforé et la tête exploser par les bolts.
Malguérick s'effondra à coté, dos au sol et étendit ses bras en soupirant. Plus loin, Squall s'affaissa sur un des piliers de la passerelle, son fuseur sur le coté.

- 'Tain, il était coriace ce con, dit le vétéran, en jetant un coup d'œil vers les transports.
- Ouais, je l'avais dit, on avait besoin de ce pistolet à plasma, j'ai cru que j'aurais pas assez de bolts. Tu te rend compte qu'on a sauvé les huiles et buter le chef ennemi, si avec ça on n'a pas l'Honorifica, je pars voir l'Empereur pour protester !

Les deux hommes éclatèrent de rire.

- Squall, tu sais quoi ?
- Non
- T'as peut-être un caractère de merde et la moitié des gens qui peuvent à peine te supporter, mais pour ce genre de plan, t'es le meilleur et je voudrais personne d'autres pour m'appuyer ! Sans toi j'étais foutu.

Le vétéran ne répondit rien, se contentant de recharger son arme en arborant un léger sourire.
Anciennement Cagouille, désormais Thomas/Morkai.e

"la vengeance est un plat qui se mange froid, et qui se réchauffe au lance-flammes !!!"

Répondre

Retourner vers « Histoires »