Compagnons d'armes : Wulfero - un assistant "particulier"

Modérateurs : Kwiskas l'enclume, Morkai.e

Répondre
Avatar du membre
Morkai.e
Demi-Dieu Guildien
Messages : 2156
Enregistré le : 26 juil. 2012 : 7:34
Localisation : là où l'Empereur le souhaite

Compagnons d'armes : Wulfero - un assistant "particulier"

Message par Morkai.e » 1 mai 2018 : 23:41

Deuxième partie de la série compagnons d'armes
La puissante sirène d'alarme de la forteresse inquisitoriale résonnait dans tous les bâtiments. Des escouades de troupes de choc, aux uniformes rouges et noirs de l'inquisition, patrouillait les dômes souterrains qui accueillaient les demeures des inquisiteurs et les bâtiments militaires, près à abattre la moindre menace. Dans le centre de commandement, protégé par une unité de soldats d'élite, le seigneur inquisiteur Tonutral, revêtu d'une sublime armure d'artificier dorée, maitre de la planète de l'inquisition Némésis faisait le point avec l'un de ses confrères, l'inquisiteur Velask, qui portait de son coté une armure carapace noire et émeraude. Les deux hommes furent interrompus par le garde à la porte qui leur annonça l'arrivée d'un acolyte. Le nouvel arrivant était vêtu d'un treillis militaire kaki et armé d'un pistolet bolter. Mais surtout, il était suivi d'une créature assez étrange pour le lieu, un imposant loup fenrissien au pelage gris et noir.

- Seigneur Tonutral, je suis l'expliciteur Malguérick. Je viens de la part du seigneur Menkel.
- Je vous attendais expliciteur, répondit Tonutral en levant la tête. Gebedius m'a dit que vous étiez son meilleur limier.
- Le deuxième meilleur, corrigea l'acolyte. Le meilleur est derrière moi.
- Cette créature, vous plaisantez, grogna Velask. Tonutral, nous n'avons pas besoin de lui, ni de cette … chose.
- Cette chose s'appelle Wulféro, répliqua Malguérick, alors que son camarade tournait sa grosse tête touffue vers Velask en retroussant les babines. C'est un loup fenrissien parfaitement dressé à la traque et au combat.
- Je me moque de votre saloperie de bête ! Hors de ma vue, si vous tenez à la vie.
- Il suffit Velask, le coupa Tonutral. Vous avez peut-être repéré cet intrus en premier, mais il erre dans Ma forteresse. Et tant que je commanderais celle-ci, je déciderais de qui j'ai besoin. Bien expliciteur, vous affirmez que votre loup est efficace ?
- Il l'est monseigneur, il a déjà participé à de nombreuses enquêtes et a été un élément clé dans la résolution de deux d'entre elle.
- Bien, suivez moi, nous allons sur le dernier lieu où il a été repéré.
- A vos ordres, répondit Malguérick en posant la main sur la tête du loup qui ne quittait pas Velask du regard.

***

La Valkyrie de l'Inquisition filait dans les airs au dessus des bâtiments de défense de la forteresse, dont la taille était telle qu'on pouvait la voir depuis l'espace. L'appareil était suivi par deux Vultures d'escorte, et ne déviait pas d'un pouce de sa trajectoire définie, afin d'éviter d'être abattu par les défenses automatisées. A bord de la navette, Les deux inquisiteurs étaient accompagnés par Malguérick, Wulféro et une petite d'escouade de soldats d'élite.

- Nous arrivons sur le site dans 2 minutes, monseigneur annonça le pilote sur un ton monocorde.
- Bien, répondit Tonutral, soldats préparez vous.

Aussitôt, comme un seul homme, les soldats ôtèrent les sécurités de leurs armes, vérifièrent leurs chargeurs et leurs batteries et activèrent leurs viseurs. Pendant ce temps, au fond du compartiment, Malguérick discutait dans son micro-vox tout en vérifiant son pistolet. A ces pieds, Wulféro était allongé sur le ventre et ne quittait pas Velask du regard.

- Ok Minia, merci de t'occuper de ce dossier à ma place, je pense que je suis bloqué pour plusieurs heures. Et hésite pas à demander à Sarto et Squall de t'aider. … Non, mais si tu lui demandes gentiment … Oui, je parle bien de lui tirer dessus, d'habitude ça marche. Allez bon courage, conclut l'acolyte avant de ranger le communicateur.

Quelques instants plus tard, la navette atterrit dans un secteur éloignée de la forteresse entre plusieurs hangars. Le lieu qui était habituellement remplis de serviteurs et de technoprêtres était absolument désert en raison de l'alerte. Le rugissement des réacteurs résonna dans le compartiment et dès que le véhicule eut touché le sol, la rampe arrière s'ouvrit et immédiatement, les soldats en jaillirent et se mirent en position autour du véhicule, près à tirer. Derrière eux, Malguérick, Wulfero, Velask et Tonutral sortirent les armes à la main. Le loup s'arrêta un instant, renifla l'air et dépassa les soldats pour aller fouiller au pied d'un des hangars.

- Bien, acolyte, nous sommes sur la dernière position où l'intrus a été repéré. Si votre animal est aussi efficace, c'est le moment de nous le démontrez, dit Tonutral à Malguérick.
- Ben, il a déjà commencé, et il a trouvé quelque chose, répondit le jeune homme en se dirigeant vers son loup.

L'animal avait effectivement trouvé quelque chose, un bout de parchemin déchiré couvert de lettres en haut gothique.

- Vous pouvez être fier, acolyte, votre bête a trouvé le reste d'un serviteur. Ce n'est pas comme s'ils y en avaient qui œuvraient ici, ironisa Velask.
- Ca vient pas d'un serviteur, à moins que l'on ait des serviteurs corrompus ici. Ca vient d'un sceau de purification, répliqua Malguérick en le tendant à Tonutral. En tout cas, il a senti quelque chose de corrompu, et c'est parti en direction du dôme des générateurs ouest.
- Effectivement, ce n'est pas un sceau du Mechanicus. Bien, soldat, suivez le loup, ordonna Tonutral, qui eu juste après un instant d'hésitation, l'inquisiteur ne s'étant jamais attendu à donné un tel ordre de sa vie.

Wulfero commença immédiatement à remonter la piste, suivit par les soldats et les membres de l'inquisition. La traque dura plus d'une heure, l'animal menant le groupe à travers les ruelles séparant les bâtiments, vers l'immense dôme frappé de la rune du Mechanicus, au sein duquel étaient construits les puissants générateurs de la forteresse. A plusieurs moments, le loup s'était arrêté et avait montré à son maître d'autres bouts de parchemin et même les cadavres d'un serviteur qui n'avait pas réagit à l'alerte. Régulièrement, Malguérick s'éloignait du groupe, pour communiquer avec ses camarades par micro-vox.

- Vous semblez être sur une autre affaire urgente, expliciteur, s'enquit le seigneur inquisiteur.
- Oui monseigneur, on a presque conclut un dossier "sensible".
- A propos de quoi ?
- Sauf votre respect monseigneur, je préfère attendre, répondit Malguérick, mais je pense pouvoir vous en parlez dans peu de temps.
- En tout cas, je dois avouer ma surprise. J'avais déjà entendu parler de l'usage de ces animaux par les Space Wolves, mais je ne savais pas qu'ils étaient aussi efficaces, et je suis d'autant plus surpris qu'un seigneur loup en offre un à un membre de l'inquisition.
- J'ai eu la chance de combattre au coté de Morkaï lorsque j'étais dans le 57ème Cadien, et je l'ai revu en rejoignant l'inquisition, expliqua l'acolyte. Et disons que nous avons certaines affinités. Et avec Wulfero, ça a tout de suite collé. Et puis, il a un autre "talent", celui de cerner les gens. Lorsqu'il n'aime pas quelqu'un, je sais que je dois m'en méfier.
- Je suppose donc que vous vous méfiez du seigneur Velask.
- Exactement, et vous ?
- Je vous en parlerais dans peu de temps répondit posément Tonutral en regardant Velask qui marchait plus loin.

Vingt minutes plus tard, un bruit de fracas se fit entendre. Le petit groupe s'élança immédiatement vers la source du son et arriva devant un pan de mur défoncé.

- Et bien, il est costaud votre intrus, seigneur Velask, commenta Malguérick.
- Tonutral, je vous propose de restez ici pour garder l'entrée. Moi j'y vais avec quelques hommes, cette proie est le mienne, et je compte conclure cette affaire personnellement, annonça L'inquisiteur.
- Un truc à cacher inquisiteur ?, demanda Malguérick en rentrant dans le bâtiment avec son loup.
- Suivez le, ordonna Tonutral aux soldats, et vous, mon cher Velask, vous venez avec nous et vous ne faites rien sans mon aval, c'est clair.

Velask se tue et se contenta de suivre les soldats.

A l'intérieur, le bâtiment était plongé dans le noir, seulement éclairé par les torches des fusils des troupes de chocs. Le seul bruit était le grondement sourd des générateurs à plasma. Malguérick, Wulféro et trois soldats ouvrait la marche. Soudain, au détour d'une coursive, ils entendirent un cri de douleur à moitié couvert par le bruit des machines. Avançant rapidement, ils tombèrent sur un cadavre de technoprêtre, dont les poumons artificiels avaient été transpercés par un poing énorme.

L'acolyte se baissa pour l'examiner et fit quelques gestes rapides à l'attention des soldats avant de reprendre la marche. Les soldats étaient sur leur garde, leur cible étant toute proche.

Le groupe continua à s'enfoncer dans le bâtiment, le groupe découvrant plusieurs cadavres de serviteurs. Soudain, Wulféro se fixa les babines retroussées, les oreilles baissées, prêt à mordre. Les soldats s'arrêtèrent aussitôt. L'instant d'après, une ombre noire fondit sur eux, celle d'un homme immense, aux muscles hypertrophiés et à la peau écarlate couverte de sang et de chaines. Un premier soldat fut broyé par la charge du monstre, mais les autres réagirent aussitôt. Les tirs de bolt, de plasma, de laser criblèrent la créature. Mais elle ne fut que peu ralenti. Il éjecta d'un revers un second soldat et tenta de se saisir de Malguérick, mais Wulféro bondit, ces puissantes mâchoires se refermant sur l'épaule du monstre. D'un geste, le colosse le dégagea et le projeta sur un cogitateur. Malguérick hurla de rage et vida son chargeur sur le monstre. Ce dernier riposta en saisissant un soldat comme un simple jouet pour s'en servir de bouclier. Mais l'entrainement des troupes de choc était t'elle qu'ils ajustèrent leur tir pour ne pas toucher leur allié. C'est alors que Tonutral déchaina ces pouvoirs. D'abord, un éclair de lumière vint frapper le monstre en plein visage, ce qui la déstabilisa, puis, des pièces de métal se déformèrent pour aller transpercer et entraver la créature. Les soldats s'emparèrent immédiatement des grenades antichars à leur ceinture et les lancèrent d'un geste. Les détonations arrachèrent des morceaux de chair entier, faisant hurler le monstre de douleur. Velask se joignit au combat, son pistolet à plasma crachant des sphères ignescentes qui firent fondre le visage du monstre. Au bout de longues secondes de fusillade, la chose fut vaincue et s'effondra.

Malguérick alla voir Wulféro qui se relevait avec peine, et une fois rassuré sur l'état du loup s'approcha du cadavre que Tonutral et Velask examinait.

- Une belle saloperie, ce possédé, commenta le cadien.
- Qu'est ce qui vous fait dire cela, expliciteur, demanda Tonutral.
- La morphologie déformée, l'odeur de corruption, ainsi que les chaines et les traces de marques de sceaux de pureté, qu'il a due arracher dans sa fuite.
- Bonne réponse.
- Et puis, ceci, continua-t'il en dévoilant une tablette de données. J'ai reçut ça juste avant de rentrer dans le bâtiment.

Sur la tablette le seigneur inquisiteur put voir l'image d'un laboratoire couvert de textes sacré sau centre duquel était fixé une table d'opération dotée de fixation de cuir arrachées.

- D'où vient ce pix, demanda l'inquisiteur en se relevant.
- Des appartements du seigneur Velask. J'ai envoyé mes camarades mené une petite perquisition. Et selon Wulfy, il a l'odeur du possédé sur lui, expliqua Malguérick en posant la main sur la tête du loup.
- C'est de la diffamation, éructa Velask en braquant son arme sur Malguérick.
- Cela ne serait pas de la diffamation si je n'avais pas déjà des soupçons sur certaines de vos activités, Velask, répondit Tonutral. Baisser votre arme sur le champ ou je vous fais abattre comme votre création.

Immédiatement, les soldats braquèrent Velask.

- Je vous conchis, vous et vos méthodes de faibles, vous n'osez pas faire ce qu'il faut pour lutter contre nos ennemis, rugit Velask en se tournant vers Tonutral.

C'est à ce moment là que Wulfero bondit, ces crocs tranchants se refermant sur le bras de Velask. Le bruit des os brisés précéda celui des fusils laser qui mirent fin à la vie du traitre qui s'écroula. Preuve de l'habilité des soldats, aucun tir n'avait effleuré le loup.

- Bien, faites arrêter les acolytes de Velask sur le champ pour interrogatoire, et brulé-moi ces cadavres, dit le seigneur inquisiteur avant de ce tourner vers l'acolyte. Expliciteur Malguérick, c'est bien ça ?
- Oui monseigneur.
- Vos méthodes sont … étranges, mais efficaces, je tacherais de me souvenir de votre nom. Ainsi que de votre "assistant".
Anciennement Cagouille, désormais Thomas/Morkai.e

"la vengeance est un plat qui se mange froid, et qui se réchauffe au lance-flammes !!!"

Répondre

Retourner vers « Histoires »