Compagnons d'armes : Tuelk - Je parie qu'on va trouver un moyen de s'arranger !

Modérateurs : Kwiskas l'enclume, Morkai.e

Répondre
Avatar du membre
Morkai.e
Demi-Dieu Guildien
Messages : 2156
Enregistré le : 26 juil. 2012 : 7:34
Localisation : là où l'Empereur le souhaite

Compagnons d'armes : Tuelk - Je parie qu'on va trouver un moyen de s'arranger !

Message par Morkai.e » 29 mai 2018 : 13:37

Septième partie de la série compagnon d'armes. Ce coup-ci, c'est sur Tuelk, un "marchand" venu d'un monde-forge, à l’honnêteté ... adaptable



Squall, Fanrik et Haktès le technoprêtre avançait dans un couloir aux parois métalliques. Ils étaient guidés dans les entrailles d'un temple-usine du monde forge de Perkalsius par un jeune technoprêtre. Le novice s'arrêta devant une porte gardé par deux skitarii aux manteaux rouges. Il donna une courte instruction en binharique, et l'un des soldats ouvrit la lourde porte blindée, révélant une petite salle avec une table et un homme chauve et musclé, au visage jovial attaché sur une chaise sous la surveillance de deux autres skitarii. L'individu leva la tête en voyant le trio entré et tenta d'ouvrir la bouche, mais le fusil galvanique d'un des gardes l'en dissuada.

- Voici l'homme que vous cherchiez, annonça le novice d'un ton monocorde.
- Euh, ils sont où ces bras, demanda Squall ?
- L'individu est actuellement condamné à une peine de restructuration pour crime contre l'Adeptus Mechanicus. L'exécution de la sentence était en cours lorsque le technoprêtre Haktès nous a signalé que l'Inquisition le voulait vivant et en état de communication optimal. Le processus a été stoppé après l'ablation des membres supérieurs préalable à l'installation des connectiques des systèmes de travail.
- OK, bon ben, laissez-nous, on va l'interroger, répondit le soldat cadien.
- Négatif, ces skitariis doivent rester ici pour assurer votre sécurité.
- La sucurité c'est moi, répliqua Fanrik. Allez, dehurs les cafetières.

Tout en parlant, le barbare rentra dans la pièce, attrapa le novice avec la tête de son marteau, et malgré la résistance de ce dernier, le poussa dehors avant de se placer derrière le suspect. Les Skitarii et le novice restèrent coi, et ne consentirent à sortirent que lorsque qu'Haktès leur confirma l'instruction de Fanrik. Dès qu'ils furent dehors, Squall s'approcha du suspect et saisi la tablette de donnée que lui tendit Haktès.

- Alors, tu es bien Tulk Van dir Ben ?
- C'est Tu-èlk, mais ça s'écrit sans accent.
- Passionnant, donc je suppose que c'est toi.
- Ouais, c'est moi.
- OK, tu continus à bien répondre à mes questions et ça devrait bien se passer. Tu viens bien du monde-forge de Perkalsius ?
- Oui.
- Très bien, tu es en bonne voie.
- Je peux vous demander qui vous êtes, s'enquit l'homme ? Vous avez pas l'air de membres du Mechanicus, Enfin, à part monsieur. Je parie que vous travaillé pour un libre-marchand.
- Non, perdu.
- Pour un noble ? Putain, pas pour le gouverneur d'Esthar!
- Des ennuis avec lui ?
- Non, non je suis jamais allez sur sa planète. Je le connais à peine, juste de nom.
- Ouais, tu as l'air aussi honnête qu'un commissaire à l'air sympathique, répliqua Squall. Mais t'inquiète, on bosse ni pour un gouverneur planétaire, ni pour un mec que tu as arnaqué.
- Ouf, soupira Tuelk, mais attendez, vous bossez pour qui alo…
- L'inquisition, le coupa Squall en arborant un grand sourire.
- Je suis foutu, soupira le manchot en baissant la tête d'un coup.
- Mais non, si tu es sympa avec nous, on te laissera choisir le bois de ton bucher.
- C'est sympa …
- Bon alors, reprenons, connais tu un magos du nom de Balthésirus Konvakinof ?
- Euh pas du tout, non non non, j'ai jamais eut à faire à lui.

La tête du marteau de Fanrik s'abatis d'un coup sur la table à coté de Tuelk.

- A oui, j'ai oublié de préciser, expliqua Squall, c'est que si tu nous mens, tu aides mon pote à s'entrainer au golf.
- Et j'ai busoin de trapailler mon swing.
- Bien qu'en tant que loyal sujet de l'Omnimessie et de l'Imperium, j'éprouverais un grand plaisir à aider un agent de la sainte inquisition, je me dois de refuser. Concernant le magos, il se pourrait qu'à un moment, il soit possible que je me sois trouvé au même endroit qu'un type qui, potentiellement, aurait pu travailler pour lui. Mais d'une façon toute à fait légale pour un fidèle serviteur de l'Omnimessie.
- Où, grogna Fanrik en approchant se tête barbu de Tuelk ?
- Au sein de la ceinture d'astéroïde autour de Perkalsius, répondit rapidement Tuelk qui essaya de s'éloigner du guerrier.
- Et il s'est passé quoi, reprit Squall ?
- Il est très probable que ce type avait besoin de certaines pièces rares et qu'à ce moment précis, mon activité de marchand honnête est faite que j'avais les pièces en stock, dit Tuelk en gardant un œil sur l'arme de Fanrik.
- C'est marrant, dans ton dossier marchand est écrit "receleur", mais l'Arbites a du se tromper ...
- Oh oui, ça leur arrives souvent. Après, j'avoue que je suis peut-être parfois négligeant sur l'origine de certains produits, mais c'est rare. Et ça ne mérite pas le bucher, non ?
- C'est pas à moi de décider, mais pour avoir vendu du matos, volé ou non, à des hérétiques, tu es bon pour finir en merguez.
- C'est vrai que si j'avais du parier sur le fait que ce type était suspect, j'aurais misé à fond.
- Et tu sais où il est parti après ta livraison, demanda le cadien ?
- Il m'a rien dit mais …
- Mais ?
- Il se pourrait que quand je trouve un mec bizarre, je fasse tomber une balise défectueuse dans une des caisses et que par la sainte volonté de son esprit de la machine, elle fonctionne encore. Au cas où …
- … tu irais récupérer la marchandise avec des potes en te disant que personnes n'ira pleurer sur des hérétiques morts, continua Squall.
- C'est aussi dans mon dossier.
- Ouais, l'Arbites à un très bon dossier sur tes activités. Mais t'inquiètes, si tu nous montre comment utiliser ta balise …
- Vous me filez des bioniques et vous me laissez partir ?
- Non, on te laisse le choix entre te livrer au Mechanicus ou à l'Arbites.
- Super …
- Bien, je contacte mon patron et on voit ce qu'on fait, annonça Squall en prenant son casque

Quelques instants plus tard, après avoir discuté avec Malguérick via le micro-vox de son casque, Squall se rassit devant Tuelk.

- Bien, si tu acceptes d'aidez l'inquisition, et que tu passes un test, mon …
- Euh, c'est quoi ce test ?
- Un petit test très simple pour voir si on peut te faire confiance. Si tu réussis, mon patron accepte de te laisser la vie sauve et à te condamner à une peine plus cool.
- Laquelle ?
- Tu bosses pour nous jusqu'à ta mort ou jusqu'à ce que mon patron en décide autrement.
- J'ai un autre choix ?
- Oui, on laisse tes potes les cafetières finir ton relooking, annonça le soldat alors qu'Haktès lui jetait un regard assassin.
- Je pense qu'il serait inutile de plus déranger le Mechanicus avec mon pauvre cas. On part quand ?
- Dès que tu me dis où trouver l'auspex relié à ta balise.
- Dans ma navette. Ils l'ont pas démonté rassurez-moi ? Par que je l'ai depuis un moment et j'y tiens.
- Non, mais heureux de voir que tu te soucie de la propriété de l'inquisition. Fanrik, libère-le steuplait, demanda Squall en se levant, avant d'ouvrir la porte. Euh machin, s'adressa-t-il au novice qui attendait derrière
- Oui monsieur, répondit la voix monocorde du technoprêtre ?
- On embarque monsieur et on va aussi avoir aussi besoin de sa navette.
- Je suis désolé, mais je ne peux donner une réponse favorable à vos demandes.
- C'était pas une demande.
- Mes instructions sont de conserver le prisonnier à votre disposition le temps que vous procédiez à un interrogatoire avant de le reconduire à la chapelle de restructuration pour …
- Et moi les instructions de mon boss sont de trouver le techno-hérétique originaire de votre monde qui se cache dans le système. Mais si tu veux tant que ça obéir à tes ordres, pas de soucis, on te le laisse et on cherche notre gars en bombardant méthodiquement la moindre parcelle de terrain du système en commençant par ton cul bionique. Après libre à toi d'expliquer ça comme tu veux au fabricator.
- Vous n'avez aucune autorité pour l'application de ce processus.
- Mon patron reçoit ses ordres directement du bras droit du seigneur inquisiteur Tonutral, le maitre de l'inquisition dans le secteur, alors t'inquiète pas, l'autorité, on l'a !
- Bien, je vais pourvoir à vos demandes, annonça le novice résigné.
- Merci la cafetière.

***

Une heure plus tard, l'équipe était réunie dans un des hangars de la planète, autour d'une navette de taille moyenne, peinte d'un rouge flamboyant. Le vaisseau était composé d'une soute suffisamment grande pour accueillir un char, précédé d'une partie effilée constituée du compartiment passager surmonté du poste de pilotage. Sous cette partie était fixé deux énormes canons gatling. De chaque coté de la soute, il y avait deux moteurs latéraux réorientables, doté chacun d'un train d'atterrissage et de nacelles de missiles. Malguérick admirait l'engin quand Squall arriva avec son prisonnier.

- Elle a de la gueule, je comprends que tu tiennes à elle, commenta le soldat.
- Ouais, c'est une hydrus modèle double F-8, et elle a une putain d'autonomie, monseigneur, ajouta Tuelk.
- C'est pas un truc commun. Tu l'as volé à qui, demanda l'inquisiteur.
- A personne. Je l'ai gagné lors d'une partie contre le beau-frère du gouverneur d'Esthar.
- De façon honnête ?
- Bien sur, je ne vois pas ce qui vous …
- Fanrik, ton swing, il s'améliore, s'enquit Malguérick ?
- Il se pourrait que j'ai maladroitement confondu mes dé avec une paire de dé pipé qui me servent à des tours de magie, pour amuser les enfants, déblatéra Tuelk en cherchant à échapper au marteau de Fanrik … C'est quoi ce monstre ! s'écria d'un coup le receleur en remarquant Wulfero qui s'était glissé derrière lui.
- Un agent de l'inquisition, et bonne nouvelle pour toi, tu viens de réussir le test. Bien, trêve de digression. Ta navette peut nous mener jusqu'à Konvakinof ?
- S'il est dans le système, sans problème monseigneur. Mais j'aurais du mal a piloté sans bras.
- On t'en filera quand on aura fini. Haktès pilotera pour cette fois. Vincenti, tu peux installer monsieur à bord et voir avec lui et Haktès pour le cogitateur.

L a jeune femme s'avança et s'arrêta d'un coup en dévisageant Tuelk.

- On se connait, demanda l'arbitrator ?
- J'ai un visage très commun …
- Mais oui, allez avance, ordonna Vincenti en le poussant !
- Bon, dès qu'on a la localisation, on y va, annonça l'inquisiteur. Fanrik, Louinu, chargez le matos. Squall, ça c'est bien passé avec le novice ?
- Ouais, pourquoi ?
- Le fabricator général m'a rapporté que tu as menacé de raser la planète et que vous les avez comparez à, je cite, des "appareils à synthèse de recaféiné à usage simplifié".
- C'est probable …
- Mouais, tu as encore embrouillé avec un technoprêtre.
- C'est plus fort que moi quand j'en croise un qui à de l'huile à la place du cerveau, avoua le soldat. Tu te rappelles le technoprêtre lors du siège de Boralkis ?
- Ouais, heureusement qu'il a pas été capable de nous reconnaitre, sinon on aurait fini en serviteur.

***

L'hydrus slalomait élégamment entre les astéroïdes et les morceaux d'épaves qui formaient la décharge stellaire autour du monde forge. Des millénaires d'exploitation du monde l'avaient doté d'un dôme de pierre et de métal, ce qui en faisait le repaire idéal pour ceux souhaitant éviter les autorités, malgré les purges régulières. Attaché à un siège, sous la surveillance de Fanrik, Tuelk critiquait depuis le décollage, le pilotage d'Haktès, non sans faire preuve de déférence envers le technoprêtre. A coté de Vincenti qui avait pris le poste d'artilleuse et contrôlait les systèmes d'armes, Malguérick regardait l'épave de frégate vers laquelle la navette se dirigeait, guidé par la balise.

Après une heure d'approche furtive, la navette se positionna derrière les restes de la batterie latérale. Ils lancèrent une dizaine de servocrâne via le sas avant afin d'explorer et de mener une reconnaissance dans l'épave. Depuis le poste de pilotage, Malguérick suivait les images pix, parsemé de parasites, transmises par les drones via l'écran principal, à la recherche de sa cible.

- Haktès, on a des retours du secteur 2-A, demanda l'inquisiteur ?
- Non, les servocrânes n'arrivent pas à y accéder, malgré les différents vecteurs d'approche que j'ai établie.
- Et tu es sûr que la balise vient de là.
- Affirmatif.
- Donc, ils seraient dedans, supposa Malguérick. Ok, Haktès, tu restes à bord avec Fanrik et Wulfy, les autres, mettez vos combinaisons. Et filez-en une à Tuelk, il vient avec nous.
- Pourquoi ?
- Tu t'y connais un peu en techno, non ?
- Oui monseigneur.
- Ben tu nous aideras à désactiver les systèmes qu'ont pourraient rencontrer.
- Sans bras ?
- Tu nous diras quoi faire. Allez en tenue !

***

La petite équipe progressait prudemment dans l'épave. Les antiques coursives étaient plongées dans le noir, acolytes se dirigeant grâce aux photolentilles de leurs casques. Soudain, Tuelk leur intima de s'arrêter, et indiqua un vieux boitier fixé au mur.

- C'est un système d'alarme modèle Ryza, un des trucs que je leur ai vendu.
- Tu sais la désactiver ?
- Oui.
- Ok, aides Squall à le faire.

Les deux hommes s'approchèrent de l'appareil et le cadien commença à le démonter suivant les instructions de Tuelk.

- C'est du beau matos, commenta le soldat en retirant délicatement le coffrage.
- Pour sûr, ça m'a couté bonbon pour l'avoir, mais j'ai fais une bonne plus-value dessus. Le seul défaut, c'est qu'ils ne détectent pas les petits objets. Ok, maintenant, tu vois le fil rouge à droite.
- Celui-là ?
- Oui, on va devoir le couper, puis rapidement je récite le cantique de sommeil de l'esprit, et tu baisses le petit levier central.
- Ca suffira, répondit Squall ?
- Je pense, mais sans huile sacré, je garanti rien, expliqua le manchot.
- Tu dirais quelle proba ?
- 95 % pour que ça marche.
- Reste plus qu'à prier pour que ça marche et à espérer qu'on en trouve pas d'autres.
- Je parie qu'ils en ont mis qu'un par voie d'accès. Ils en avaient pas beaucoup.
- Tenu, répliqua Squall. Bon j'y vais !

Squall s'exécuta et après avoir accompli le reste du rituel, les lumières de la machine se coupèrent, signe que l'esprit de la machine s'étaient endormi. Le petit groupe repris alors sa progression vers le secteur 2-A. Ils l'atteignirent finalement sans rencontrer de problème et se mirent en position autour de la porte d'accès.

- D'après Haktès, c'est une ancienne soute à munition, avec un atelier au bout. Je détecte 8 personnes à l'intérieur, annonça Malguérick.
- T'as plus de détail, demanda Squall ?
- Non, ils bougent tout le temps, mais il y en a un immobile au fond. Je dirais que c'est le magos. Je m'en charge. Squall prépare toi à péter la porte et tu prendras la droite. Vincenti et Louinu, vous vous chargez de la gauche. Tuelk, tu bouges pas de là.
- Ok, répondirent en chœur ses équipiers.
- Monseigneur, s'exclama Tuelk, j'ai une idée ! Vous voyez ces câbles à droite de la porte ?
- Ils servent à quoi ?
- C'est des câbles qui alimentent la pièce en énergie. Au vu des vibrations du plancher, je pense qu'ils ont mis un générateur dans une pièce plus bas. Si on les coupe, ils seront dans le noir.
- Ils l'ont pas mis dans la soute ?
- Pas un truc comme ça, ça fait bien trop de bruit et ça rejette plein de fumée. Même un magos y verrait rien.
- Ok, Louinu, tu t'en charges.

Squall plaça sa bombe à fusion sur la porte. Au signal de Malguérick, il l'enclencha tandis que Louinu abattait son éviscérator sur les câbles.

La porte détruite, le petit groupe pénétra dans la soute, les tirs de bolts et d'armes d'assaut emplissant l'air qui s'échappait par la porte détruite. Les assistants et skitarii de la pièce, atrocement mutés par une exposition au Warp, furent fauchés en quelques secondes, tandis que Malguérick s'élançait vers l'atelier. L'ignoble parodie de magos qu'était devenu Konvakinof en jaillit, ses robes rouges de l'Adeptus Mechanicus trouée par des dizaines de mécadendrites noirs dont certaines ressemblaient à des têtes de dragons mécaniques. L'hérétique leva son arme, une antique couleuvrine dont suintait une sorte de pus, mais Malguérick fut plus rapide. Ces bolts kraken transpercèrent le corps de sa cible et explosèrent plusieurs bras dont celui qui tenait la couleuvrine. Sans laisser une seule chance à sa proie, d'un seul geste, l'inquisiteur rengaina son arme vidé de ses munitions et dégaina son épée énergique. La lame bénie fondit sur le technoprêtre et la tête de se derniers roula au sol, son sang noirâtre se vaporisant sous l'effet du vide.
De son coté, Squall se retourna d'un coup, ayant senti un mouvement dans son dos. Il découvrit Tuelk qui venait de se jeter tête la première dans le dos d'un skitarii qui tentait de surprendre le soldat par derrière.

- Merci, dit Squall en abatant son agresseur d'une balle dans la tête.
- De rien, je sais que c'est pas agréable d'être pris par derrière, répondit Tuelk, alors que son interlocuteur le relevait.
- Quand c'est toi qui ...
- Je sens que tu vas encore nous gratifier d'une blague super élegante, commenta Vincenti, dépitée.
- Roh, tu devrais essayer ça te décoincerait, répliqua Squall.
- Visiblement, toi tu as faillit bien te faire décoincer, lui rétorqua la jeune femme en désignant le cadavre.
- Du calme vous deux, soupira Malguérick, et commencé à embarquer les preuves. Je fais contacter notre vaisseau pour qu'il se ramène et explose ce qu'il reste de cette épave. Tuelk, merci pour ton aide, tu as bien mérité tes bras.
- Merci monseigneur.
- Appelle-moi Malguérick. Et avant que tu poses la question, non, ne compte pas te barrer comme ça. En rédemption de tes crimes et délits, tu intègres l'équipe et tu bosses pour l'inquisition. Considères ça comme des travaux d'intérêt généraux.
- Vous êtes au courant de …
- De suffisamment de choses pour te conseiller de faire profil bas sur la moitié des planètes du secteur. Mais je fais être sympa et te laisser garder ta navette à condition que tu nous transportes avec.
- Mouais, ça m'a l'air d'une bonne affaire.
Anciennement Cagouille, désormais Thomas/Morkai.e

"la vengeance est un plat qui se mange froid, et qui se réchauffe au lance-flammes !!!"

Avatar du membre
Morkai.e
Demi-Dieu Guildien
Messages : 2156
Enregistré le : 26 juil. 2012 : 7:34
Localisation : là où l'Empereur le souhaite

Re: Compagnons d'armes : Tuelk - Je parie qu'on va trouver un moyen de s'arranger !

Message par Morkai.e » 8 juin 2018 : 19:07

Petite modif du dialogue de fin entre Squall, Tuelk et Vincenti à la fin car je n'étais pas content de la blague
Anciennement Cagouille, désormais Thomas/Morkai.e

"la vengeance est un plat qui se mange froid, et qui se réchauffe au lance-flammes !!!"

Répondre

Retourner vers « Histoires »